Rôle et mission de la radio

Au Sénégal, 52 radios de proximité (ou communautaires, ou associatives) de même que des radios rurales interviennent aujourd’hui dans les domaines de l’éducation, l’agriculture, à côté des radios d’informations générales, ou des radios thématiques, etc. La radio représente un élément incontournable, dans la perspective de la lutte contre la pauvreté. La radio de proximité, en particulier, reste le moyen le plus accessible aux populations, car moins coûteux. Elle symbolise aussi, un moyen d’identification culturelle des populations et, puisque les populations s’approprient ce médium de proximité, il va sans dire que ce médium de proximité qui constitue un moyen de sensibilisation le plus approprié dans le contexte africain.

En effet, la radio de proximité aide ses populations à identifier des problématiques pertinentes qui vont donc être prises en charge dans tout un programme de sensibilisation via la radio. Parallèlement, des cercles d’écoute qui se seront formés, prennent également en compte les préoccupations des différentes populations par rapport aux émissions qui ont été diffusées, sous forme de « feed back ». Les défis sont très importants; il y a tout un processus de participation, des populations, d'abord en amont, puis en aval. En termes de communication sociale, comment impliquer ces populations là dans l'identification des thématiques qui constituent des centres d’intérêt des communautés rurales et urbaines ? Ensuite, comment faire en sorte que les populations soient impliquées dans tout le processus de communication, jusqu'au niveau de l'évaluation des différents éléments qui constituent la grille des programmes ? Il faudra aller au cœur des préoccupations des populations, faire en sorte que touts ses problématiques qui sont la lutte contre la pauvreté en terme de santé, éducation, protection de l'environnement entre autres.

 Les formats comme les jeux publics, magazine, émissions décentralisées, dossiers thématiques qu’utilise la radio, sont beaucoup plus appropriés et collent aux préoccupations des populations. Comme conséquence, la plupart des acteurs clés ainsi que toutes les « parties prenantes », sont impliquées : leaders d’opinions, confréries religieuses, élus locaux - à tous les niveaux- société civile, représentants de l’Etat à l’échelle décentralisée, différents partenaires de développement à travers les projets. Au bout du fil, c’est un programme « bien ficelé » que la radio va produire, en fonction des formats beaucoup plus adaptés aux populations. L'émission est produite par les populations locales, parce que ce sont elles qui, à travers un diagnostic participatif effectué en amont, rectifient les principales préoccupations transformées en thématique. Il est donc clair que la radio joue un rôle capital dans le développement d'un pays, en ce sens qu'elle appuie les programmes de l'Etat et du secteur privé. La radio est un puissant moyen d’information de sensibilisation permettant à une station publique et associative, d'obtenir les résultats souhaités. Dans certains pays, plusieurs structures ont facilement atteint leurs cibles, grâce aux radios de proximité qui, de plus en plus, sont mis à contribution, dans le cadre de la lutte contre la pauvreté.

La radio communautaire : moyen d’information le populaire en Afrique et au Sénégal Avec le vent de démocratisation qui a soufflé sur le continent la fin des années 80, le paysage radiophonique en Afrique de l’ouest a connu un formidable bouleversement, le nombre de stations radios a quasiment explosé, d’une quarantaine avant 1993, on n’est pas loin d’un millier en 2009. Trois facteurs essentiels caractérisent le paysage radiophonique africain : d’abord la diversité des stations radios, ensuite le caractère local et de proximité des stations et, enfin, la quasi-totalité des nouvelles stations de radios locales émettent en modulation de fréquence. Depuis leur avènement, le rôle que jouent ces stations radios n’est plus à démontrer : elles donnent la parole à ceux qui ne l’avaient pas et sur des sujets jusque là tabous. Elles instaurent le débat jusqu’alors inédit. Elles épanouissent des compétences nouvelles bref, elles apparaissent comme un facteur décisif pour le changement en vue du développement. Depuis son avènement en Afrique au début des années 40, la radiodiffusion s’est toujours vue attribuer un rôle de développement, rôle qui s’est accru à la faveur du renouveau démocratique et de la démonopolisation des ondes qui s’en est suivi. Ainsi, le petit transistor qu’écoute un paysan dans son champ, un boutiquier qui suit le compte rendu d’un match de football en langue nationale, sont des images devenues familières dans les rues du continent africain.

L’impact de la radio « Afia FM » sur la situation des femmes « Afia FM » intervient sur tout ce qui est lié au développement, et donc, la participation active de la femme dans la vie de la cité. Des débats et tables rondes sont souvent organisés sur nos ondes. Mais, à vrai dire, ces genres radiophoniques ont un impact limité sur le changement des mentalités et la mobilisation de la femme en faveur de son émancipation. Par contre, les thèmes liés à la santé, l’éducation, la société, connaissent un succès énorme auprès des femmes. Dans la mise en place des structures de direction des stations, un cota de la représentativité des associations féminines de notre communauté est de rigueur mais difficile à mettre en œuvre. D’où la nécessité pour les responsables de cette radio Afia FM de considérer la question de la mobilisation de la femme comme la priorité des priorités. A Grand Yoff, les femmes représentent 57%, de la population, donc autant de cibles vulnérables de la pandémie du Sida :

Les actions de la radio « Afia FM » Les actions initiées et menées par radio Afia FM sont les suivantes :outre l’organisation des campagnes de sensibilisation sur l'utilisation des (condoms, préservatif féminin) et contre des maladies sexuellement transmissibles, la station participe aussi au développement économique et socioculturel de la zone de Grand Yoff, en contribuant, grâce à ses productions, à améliorer la connaissance des membres, à travers des débats à caractère hétérogène. En outre, une des missions auxquelles s’attelle la radio de Grand Yoff consiste à assurer la survie de la commune à travers la lutte contre le SIDA. Cette dernière activité s’avère importante dans la mesure où elle permet, ainsi, à radio Afia FM, d’apporter une réponse à la pandémie du VIH dans la zone de Grand Yoff.

Aujourd’hui, la radio est devenue le médium que les africains se sont le mieux appropriés : Radio « Afia FM » n’y échappe pas. Ce qui fait dire à beaucoup de spécialistes et autres radios diffuseurs que « le rôle de la radio, ces vingt dernières années, a été considérable dans le domaine de l’éducation populaire et de la communication sociale. » En tout cas, la décentralisation qui se caractérise essentiellement par la prise de parole des citoyens à la base, est en plein essor. Conséquence : aujourd’hui, toutes les communes et régions veulent avoir leurs radios.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×